Get Adobe Flash player

Accueil

fleur

La phytothérapie, comme son nom l’indique est un traitement (thérapie) par les plantes (Du grec phyto). Les plantes sont riches en minéraux, en oligo-éléments et en éléments actifs tels que les flavonoïdes, les aldéhydes, et autres substances chimiques. Leurs vertus thérapeutiques sont dues à ces principes localisés dans leurs différents organes : Feuilles, fruits, fleurs, racines, rhizomes …

 

La phytothérapie est une méthode thérapeutique qui utilise les vertus des plantes médicinales. Grâce à des tests scientifiques l’efficacité de certaines plantes a été prouvée. On peut les utiliser de façon traditionnelle (tisane ou décoction), mais aussi sous forme de teinture mère, de macérat glycériné, ou tout simplement sous forme de poudre cryogénisée.
phytothérapie

 

On peut distinguer deux types de phytothérapie :

  • Une pratique traditionnelle, parfois très ancienne fondée sur l’utilisation de plantes selon leurs vertus souvent découvertes empiriquement.
  • Une pratique fondée sur les avancées scientifiques et la recherche des principes actifs des plantes. Cette phytothérapie est assimilée aux médicaments, on parle alors de pharmacognosie.

 

 

Le premier texte connu sur de soins orchestrés par les plantes a été gravé sur une tablette d’argile. Il fut rédigé par les Sumériens vers 3000 ans AV. J.-C. Ce peuple utilisait des plantes telles le thym, le myrte, ou encore le saule en décoctions filtrées.

 

Le papyrus médical d’Ebers, est l’un des plus anciens traités médicaux qui nous soit parvenu, environ 1500 ans AV. J.-C. et fut le premier ouvrage répertoriant les plantes médicinales.

 

Les Grecs et les Romains utilisèrent également de nombreuses plantes. L’œuvre d’Hippocrate en 25 volumes présente de nombreuses plantes méditerranéennes ainsi que leurs propriétés.

 

En Europe, la religieuse bénédictine Hildegarde Von Bingen (1098-1179) se consacra à l’étude des plantes médicinales il y a environ neuf siècles. Elle y a consigné une multitude observations aussi bien personnelles que rapportées par la population.

 

Il faut dire qu’à l’époque médiévale, les jardins d’herbes médicinales étaient présents dans de nombreux couvents et monastères. Les plantes servaient à traiter les maux les plus divers, comme les problèmes gastriques, les affections respiratoires et certaines maladies gynécologiques. Bénédictine Hildegarde Von Bingen a été la sans le savoir, précurseur de la phytothérapie moderne.

 

A la renaissance Paracelse modernise la médecine et mettra en forme la doctrine des signatures, concept qui s’appuie sur le fait que chaque plante possède en elle la maladie qu’elle guérit.

 

A partir du XIXème siècle la médecine cherche à isoler les substances actives de chaque plante puis viendra le temps de la synthétisation chimique des molécules actives engendrant par la même de nombreux effets secondaires.

 

Les plantes constituent un véritable outil thérapeutique pour les naturopathe. Ils permettent de solutionner des pathologies de façon douce en limitant les effets secondaires.